arrow-right cart chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up close menu minus play plus search share user email pinterest facebook instagram snapchat tumblr twitter vimeo youtube subscribe dogecoin dwolla forbrugsforeningen litecoin amazon_payments american_express bitcoin cirrus discover fancy interac jcb master paypal stripe visa diners_club dankort maestro trash

Les amis de la Maison

Julie Chalayer a du bol (de noix de coco)

La trentenaire stéphanoise a lancé Mon Joli Bol en 2018, une gamme de contenants irrésistibles en noix de coco recyclées : on a eu le coup de coeur pour ces superbes produits very Instagram-friendly. 

Ce sont définitivement les voyages qui inspirent, animent Julie Chalayer depuis ses 16 ans et son tour d’Europe en bus avec une amie. 

Ou peut-être est-ce son enfance joyeuse écoulée à Saint-Étienne, riche en activités manuelles, en cueillettes de myrtilles et en balades sur VTT. Toujours est-il que la créatrice de l’entreprise Mon Joli Bol ne manque pas de ressources face aux défis de sa société fondée en 2018 : « J’adore la liberté de tester des choses sans me justifier, de créer en permanence, de laisser parler mon instinct. Je satisfais mes besoins de passer à l’action, jusqu’au bout de mes envies. Et mon tempérament raisonnable limite les prise de risques », nous confie Julie. Avant de se souvenir de ses métiers d’avant, dans l’univers du marketing et du digital, qui lui offraient déjà « beaucoup de liberté ».  

 

La trentenaire a monté son affaire à partir d’une envie de shopping qui la tenaillait : « Je voyais partout ces bols en noix de coco sur les réseaux sociaux axés healthy food ou fitness. J’en ai donc commandés sur un site à l’étranger, non sans mal. Une fois reçus et en main, j’ai a-do-ré ces bols. Comment se faisait-il qu’on ne les trouvait pas en France ? » La Stéphanoise creuse la question, se rend au Vietnam, dans la région d’Hanoï, rencontre les fournisseurs. Les membres de l’entreprise familiale récupèrent les noix de coco évidées des commerces, restos ou fermes alentours, avant de les nettoyer, les polir, les enduire d’huile de coco - les solides contenants peuvent aussi être gravés. Et voilà lancée une aventure épatante, favorisant la réduction des déchets et le retour au naturel. Depuis, l’offre s’est élargie à l’épicerie et à la cosmétique saine ;  les jolis bols sont déclinés autour de deux collections annuelles. Après l’avoir improvisé chez elle, le bureau de Julie se situe désormais dans sa boutique ouverte rue José Frappa à Saint-Étienne.

Son portrait foodie ! 

 

Votre plat végétarien préféré ?

Cheese naans et ragoût indien aux épinards et au paneer.

 

Votre épice fétiche ?

La cannelle.

Le fruit ou le légume que vous aimeriez cultiver pour vous, rien que pour vous ?

La patate douce.

 

Sur une île déserte, vous emportez…

Mon ordi. 

 

Un cadeau culinaire que vous faites souvent ?

Un bol coco ou un mélange de superfoods.

Un livre incontournable sur la cuisine ?

Vapeur douce, de Jennifer Martin, éd. Hugo.

L’urgence pour mieux manger ?

Une meilleure éducation alimentaire ; baisser les prix des produits alimentaires sains et éthiques.

 

  • Nos astuces sur la noix de coco
  • Panier